Sensibilisation à l’ESPE de Clermont

Jeudi 16 Mars

Jeudi 16 Mars de 10h15 à 12h15, à l’ESPE de Clermont-Ferrand, devant un auditoire de 18 futurs enseignants stagiaires, j’ai pu effectuer une sensibilisation avec mise en situation sur la dyspraxie. C’était une première pour moi, en solo, après avoir vu Vincent en action, une fois, je me suis enfin sentie apte à partager notre expérience de parents référents et bénévoles, à laquelle j’ai pu ajouter mon avis d’enseignante en lycée professionnel tout en évoquant notre parcours personnel concernant Zoé, scolarisée maintenant en CM1. Les étudiants ont été bienveillants et curieux, intéressés et à mon grand soulagement cet enseignement optionnel était complémentaire d’une connaissance suffisamment étayée du monde du handicap. D’ailleurs, une des étudiantes m’a dit tout bas être dyspraxique, elle a été dispensée d’enfiler “l’attirail”, pour une fois que nos dys ont une longueur d’avance!

Je tenais à remercier Vincent Marron pour la confiance qu’il a mise en moi, et tous ceux qui ont préparé le PowerPoint de qualité sur lequel je me suis appuyé.

Intervention à l’ESPE de Clermont-Ferrand du lundi 3 Avril 2017

Vincent et moi sommes allés témoigner et présenter l’association devant un public hétéroclite d’auditeurs  en formation sur les Besoins Éducatifs Particuliers. Il y avait des éducateurs, des enseignants, des intervenants en IME, ITEP, ainsi que Serge Thomazet à l’initiative de cette invitation et un professeur de l’université de Québec en visite en France qui nous a fait l’honneur de sa présence… Ainsi c’est avec des connaissances assez précises sur le public des personnes atteintes de handicap, que nous avons pu échanger nos expériences, répondre à des questionnements en tant que parents mais aussi adhérents, bénévoles, personnes relais. Il y avait d’ailleurs une jeune maman d’un garçon dyspraxique qui a pu elle aussi faire part de son parcours. Nous avons conclu sur une mise en situation : cela a permis d’appuyer les difficultés d’une personne dyspraxique : lenteur, fatigue, baisse de motivation et d’estime de soi…Beaucoup ont compris et souligné l’importance du diagnostique, des aménagements, l’intérêt d’écouter les parents, et surtout la qualité du dialogue entre les différents acteurs: spécialistes, enseignants et parents en soutien à la personne dys pour faciliter son parcours individuel.

Mina (63)