Maman et dys elle même, MDR

 Le témoignage d’une maman, elle-même dys …. et plein d’humour

Bonjour!

Je rentre seulement de la réunion dys que tu a eu le courage de nous animé.

j’ai été très touchée par ton monologue et me suis sentie visées sur les 2/3 des choses… comme par l exemple tes soucis au collège ou contrairement à toi, “tout le monde m aimait”. Les gens m avaient donné le surnom de rantanplan (chien de Lucky Luc) ils se sentaient très bien a mes côté et tout le monde me disait bonjour car avec moi, on se sent briller… par contre pour les devoirs, travail de groupe et autre, plus personne!

J’ai grandi en refusant toute aide éventuelles comme l ordinateur, les tiers temps et autre… je me cachai pour aller à la psychomotricienne et je me tordait le poignet exprès pour avoir un bleu pour le sport!

J’ai actuellement un enfant de 6 ans et demi, qui me surnomme winnie (car winnie l ourson dit souvent “pense pense pense”)

 

Et qui chaque matin me répète avec amour “bisou ta oublier quelques chose” ( bisou etant les meilleurs moment que l on puisse passé avec sa maman, il me nomme comme sa lorsque j oublie mon sac ou que je sais plus ou est garé la voiture). J’ai pu apprendre à faire des lacets a mon fils grâce à YouTube et je fonctionne dans la vie grâce à des listes qui me prouvent mon utilité/journée. si je ne parvien pas à faire 5 trucs de la liste par jour, je me rend malade et rajouté des détails qui n etaient pas dans la liste comme par exemple : embrasser mon chéri ou jouer avec mon fils (choses que je fait chaques jours)

Ma vie est belle grâce à mon fils qui me répète régulièrement que je suis une maman géniale et que il m aime jusqu a la lune.

je fait beaucoup de sport avec mon fils qui est hyperactif, comme la piscine, le vélo et l escalade, la marche mais je ne sait pas courrir et Il sait me le faire remarqué, alors pour ne pas lui faire honte je  cours seulement en faisant l imbécile comme si cela faisait parti du rôle!

Ado, j exagerait les  critiques, si je tombait, les gens rigolaient alors je repliquai que c parce que mes fesses etaient plus lourde que mon cerveau, mon centre de gravité se deplace quand je tord du cul! encore maintenant quand mon patron me répète le planning, je lui rappelle que je suis blonde a l intérieur et rit, tout comme lui!

Au travail, je suis avec des autistes et ils fonctionnent avec des pictogrammes et timers comme tu a pu évoqué… finalement, j’ai bien trouvé ma branche! Et sa crée des liens, les résidents autistes m approchent sans souci contrairement à ceux qui sont psychotique, (qui ont besoin d un cadre différent).

mais mon travail me plait car je les aide dans leurs difficulté comme ma mère n’a pa du faire avec ses rabaissement et ses hurlement d impatience.

je n’ai jamais dit a mon patron ces troubles pour ne pas me faire juger d office, et j’ai gagner la complicité et la confiance de mon fils que j’aurai eu besoin avec ma mère dans le passé

>

Je suis dyspraxique, maman, femme et éducatrice spécialisé,

j’ai réussi ma vie mieu qu’ un autre qui n a jamais eu de trouble!

Et je fait du bien autour de moi car même si je cautoie également des gens qui n’ont pas besoin, ils se sentent brillé temps que je suis à leurs côté

Mdr

courage à toi et bonne continuation

Vous aimerez aussi...

%d blogueurs aiment cette page :